Accueil » Région » Les révélations troublantes du journaliste Amadou Diouldé Diallo sur la mort de l’ancien ministre de la sécurité, Ousmane Camara

Les révélations troublantes du journaliste Amadou Diouldé Diallo sur la mort de l’ancien ministre de la sécurité, Ousmane Camara

OUSMANE CAMARA AMERICAINPar Amadou Diouldé Diallo à Washington DC ( USA )
Alors qu’il se préparait à se rendre en France avec son épouse pour son contrôle médical, des émeutes d’une extrême violence éclatent à Boké, sa ville natale. Les populations du Kakandé expriment leur ras- le bol face aux agissements de la quinzaine de compagnies minières qui se sont installées dans leur préfecture avec la bénédiction de Alpha Condé, sans pour autant respecter un minimum de règles de sécurité, de santé et d’environnement.
La situation est grave. Et Alpha Condé, qui est né dans cette ville, se trouve pris de court. Il cherche alors des pompiers pour éteindre le feu. C’est en ce moment, selon des informations, recoupées à Conakry et à Boké où nous nous sommes rendus pour assister à l’enterrement, que Alpha Condé décroche son téléphone pour appeler Ousmane Camara, dit “Américain”.
Il lui aurait dit ceci: ” sokho, mon oncle, c’est donc vous qui voulez faire tomber mon régime par des soulèvements populaires alors que, moi, je cherche à vous créer la richesse“. Alpha Condé poursuit: “alors, oncle, il faut que tu te rendes immédiatement à Boké,parceque tu es le seul capable de parler à tes frères afin qu’ils mettent fin aux manifestations. Tu sais, je t’ai promis un poste. Tu l’auras dès la fin de la mission“.
L’entretien téléphonique se serait déroulé en présence de la femme de ” Américain “qui aurait opposé un niet categorique au déplacement de son mari, compte tenu de son mauvais état de santé. Il porte, en effet, depuis son opération du coeur, un stimulateur cardiaque. Mais, devant l’insistance du “neveu” Alpha Condé, l’oncle, Ousmane Camara prend le chemin de Boké en compagnie de deux autres fils du Kakandé, en l’occurrence Mathurin Bangoura, le gouverneur de Conakry, et Elhadj Diassy, l’ancien secrétaire général des affaires religieuses.
L’accueil est loin d’être chaleureux. Les envoyés de Alpha Condé sont soumis à une marche forcée de 8 kilomètres, des injures, des jets de pierres, de crevaison des pneus de leurs voitures. Mathurin Bangoura dira que ce qu’il a vu à Boké était pire qu’une rébellion. Ousmane Camara, malade, humilié chez lui, quitte Boké à minuit pour rejoindre Conakry tout en continuant à téléphoner sous les injonctions de Alpha Condé, pour ramener le calme dans sa ville natale. En vain.
Il meurt d’une crise cardiaque le lendemain par la faute de Alpha Condé qui l’aurait tenu, par une promesse, une de ses armes pour arriver à ses fins. Pourtant, selon des indiscrétions, il a fallu l’intervention de Tibou Kamara et Ckeik Dem, (solidarité toucouleur oblige ), pour que Alpha Condé accepte l’élection de la femme de “Américain “, Oumou Banouna Sy au Comité Directeur de la FEGUIFOOT. Ses préférences allaient à l’ambitieuse madame Traoré Zalikatou Diallo qui a quitté, elle, et son mari, Lansana Kouyaté à son profit. Preuve: Mamady Traoré vient d’être nommé ambassadeur de Guinée au Koweït. Alpha Condé reprochait donc au couple Camara ” Américain “de n’être pas avec lui mais plutôt avec Cellou Dalein Diallo.
Comme quoi, Alpha Condé fait de son pouvoir des récompenses pour ceux qui sont avec lui et des brimades pour ses adversaires. C’est un président de règlements de compte. Selon de nombreux observateurs, c’est le même Alpha Condé qui serait à l’origine de la mort de Elhadj Boubacar Kankalabé. Là aussi, voici repris le récit d’un témoin.
Elhadj Boubacar Kankalabé a tenu une réunion de 18h à 22h chez lui à Hamdallaye,et devait conduire, le lendemain, une délégation au fouta dans le cadre de la campagne du Manden Djallon. Des Picks-Up avaient été réquisitionnés et chargés. Prêts à bouger à l’aube. C’est dans la nuit que Elhadj Boubacar reçut un appel de Alpha Condé qui se trouvait en Arabie Saoudite. Il tient des propos malveillants et exprime sa déception devant ce qu’il qualifie de trahison de Elhadj Boubacar. Ce dernier, qui tenait son bébé dans les bras, transpire alors à grosses gouttes, malgré la fraîcheur que dégage le Split. Sa femme, étonnée, lui pose des questions auxquelles il ne répond pas. La nuit est longue. Elhadj Boubacar dirige la prière de l’aube à la mosquée de hamdallaye où il est imam, et s’effondre. Il est transporté dans une clinique à la Minière où il rendra l’âme. L’homme de DIEU n’aurait pas supporté l’humiliation de celui qu’il croyait être le fidèle serviteur au détriment même de ses propres frères “.
Ces deux exemples doivent servir de leçons à tous ceux qui ont une parcelle de confiance en Alpha Condé. Il peut tuer ou faire tuer. ET, comme les Guinéens subissent les foudres de la punition divine à cause de leur manque de vérité et de courage, de leur opportunisme et de leur démagogie, par la route,le banditisme,les noyades,les viols et les vols,la misère endémique et la pauvreté galopante, les maladies et les épidémies comme ebola, l ‘heure est venue de dire stop.
Que ce mois de Ramadan soit pour nous,un mois de repentance et de détermination à reprendre notre destin en main. Méfions-nous de Alpha Condé. Prions DIEU, dans son infinie miséricorde, qu’il abrège nos souffrances par le départ de Alpha Condé à la tête de la Guinée. Amen!
Amadou Diouldé Diallo, journaliste et historien

À propos L'Equipe de la Rédaction

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*