le ministère du plan s’active pour la réussite de la journée internationale de la population

Dans le cadre de la célébration de la journée internationale de la population, le ministère du plan et du développement économique était devant les médias ce 28 juillet 2020 à Conakry. Objectif, annoncer les couleurs de cette journée. Cette année   le thème choisi est « stop COVID19 : comment protéger la santé et les droits des femmes et filles ».

Le 28 juillet de chaque année l’humanité célèbre la journée internationale de la population. En Guinée, cette journée sera célébrée ce mercredi 29 juillet sur toute l’étendue du territoire nationale suite aux contraintes liées à la pandémie de corona virus. 

 À l’occasion de cette journée, le ministère du plan et du développement économique, s’intéresse sur les vulnérabilités et les besoins des femmes et des filles en cette période de pandémie.

« Dépit des progrès sensibles enregistrés en matière de la santé sexuelle et reproductive, beaucoup de choses restent à faire. Les statistiques fournies par la Direction Nationale de la population et du Développement, indiquent que le taux de prévalences contraceptives est passé de 3% en 1992 à 11% en 2018. Les besoins non satisfaits en matière de planification familiale sont de 22%, contre une moyenne de 52% en Afrique. Le taux de mortalité maternelle est passé de 926 en 1992 à 1550 femmes pour 100.000 naissances vivants en 2018 contre moins de100, prévus par CIPD conférence internationale pour la population et le développement », lu-t-on dans la déclaration.

Selon cette déclaration, en Guinée la mutilation génitale féminine est d’une prévalence de 96% alors qu’une étude nationale menée en 2016, relève que 83% des femmes de 15 à 64 ans ont subi une violence basée sur le genre au cours de leurs vie dont 29% de viols.

Mohamed Sanoh Directeur National de la Population et du Développement, indique que cette année les séries d’activités programmés gravitent autour de la remise des kits sanitaires aux ménages défavorisés assorties des campagnes d’informations et de sensibilisations des populations. « La nécessité absolue de protéger la santé, les droits sexuels et reproductifs des filles et femmes tout en s‘employant à éradiquer le fléau des violence basées sur le genre, les mutilations génitale famines notamment l’excision », souligne-t-il.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*