Ebola en Guinée: le gouvernement annonce les mesures pour la riposte

Message de prévention autour du virus Ebola à Conakry en Guinée, le 26 octobre 2014.
Près de cinq ans après la fin de l’épidémie qui avait causé plus de 11 000 morts en Afrique de l’Ouest, le virus a refait surface en région forestière dans le sud du pays. À ce stade, les autorités dénombrent cinq décès ainsi que douze cas suspects ou confirmés et 125 contacts identifiés dont dix dans la capitale Conakry. Hier, le gouvernement a pris les premières mesures pour sécuriser la zone.
20h30, au journal de la télévision nationale, lecture d’un communiqué qui énumère les mesures de la riposte désormais en vigueur à Gouecké, l’épicentre de l’épidémie en résurgence, ainsi qu’à Nzérékoré, la capitale régionale : interdiction des marchés, des rassemblements, des cérémonies religieuses, enterrements sécurisés, mise en place de barrages et de contrôles sanitaires, et distribution de dentées pour les populations.

« Pas de panique, respectons les consignes sanitaires. Ebola sera de nouveau vaincu », a prédit sur Twitter le Premier ministre Ibrahima Kassory Fofana.

Les priorités de la riposte sont désormais fixées : enquêter d’abord pour retracer la chaîne de contamination ; retrouver les cas contacts de Gouecké à Conakry ; il s’agit aussi de vacciner. Les stocks de vaccins disponibles à Conakry étant périmés, l’OMS procède actuellement à la commande de nouvelles doses explique son représentant en Guinée, le docteur Georges Alfred Ki-Zerbo.

GUINEE _Son MATIN – Sons sur vaccins ébola

Il s’agit ensuite de tenter d’empêcher la propagation au-delà des frontières, Liberia et Sierra Leone ont déjà relevé leur niveau d’alerte ; enfin, communiquer. Gouecké se trouve à proximité du village de Womey, où huit personnes, soignants, journalistes, officiels guinéens, avaient été massacrés puis leurs corps dissimulés, c’était en septembre 2014, au plus fort de l’épidémie

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*